Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'écho de Tardy

L'écho de Tardy

la vie et l'actualité d'un quartier de Saint-Etienne


Henri GOUYON, architecte (1902-1975)

Publié par Quartier Cinq sur 6 Avril 2012, 17:54pm

Catégories : #ARCHIVES

Henri GOUYON

architecture-bandeau.gif

Il ya deux bonnes raisons de parler ici d’Henri Gouyon. D’abord parce que cet architecte stéphanois a vécu dans le quartier, rue Littré, avec sa famille, de 1934 jusqu’à sa mort en 1975. Ensuite parce qu’on lui doit plusieurs immeubles du quartier, bâtis dans les années 30 (et bien d’autres à St-Etienne).


Il est né à Saint-Etienne en 1902. Son père  était un maçon d’origine creusoise, ce qui est peut être à l’origine de son intérêt pour la pierre. Il fréquente l’Ecole des Travaux Publics de Lyon dont il sort ingénieur-architecte en 1925. Il a rencontré Armand Subit chez Auguste Bossu en 1924. Ils seront associés jusqu’en 1934 dans l’agence qu’ils créent 10 rue Badouillère.

Il s’occupe davantage des chantiers, tandis qu’Armand Subit se consacre surtout au travail d’agence.

Il poursuit seul son activité de 1935 à 1949.

Il crée des agences à Valence, à Casablanca et à Alger, villes où on lui doit plusieurs bâtiments.

Il s’associe avec son fils Yves né en 1926 et devenu  architecte diplômé en 1948.

Ils travailleront ensemble dans les années 50 sur les grands ensembles de Beaulieu-Métare-Morandinière.

photo-henri-gouyon.jpg

Il est fait chevalier de la Légion d’honneur en 1961.

En 1975 il meurt des suites d’une longue maladie.

Sa veuve, résidant toujours rue Littré, lui survit jusqu’en 1995.

Son fils Yves a poursuivi l’activité de l’agence avec ses associés.

Il meurt en 1987.

L’agence s’est développée, elle est connue  aujourd’hui sous le nom de «Cimaise Architectes» et  a son siège au 10A rue de la productique à St-Etienne.

 

Les immeubles du quartier :

Immeuble à l’angle de la rue Cécile Sauvage et de la rue du 11 novembre (1932)

Immeuble  2 rue Barthélémy Ramier (1936)

Immeuble  36 rue Désiré Claude (1937)

Palais Anatole France 16 et 16 bis rue du Général Leclerc et 15 rue Désiré Claude (1937)

Au sujet du Palais Anatole France voir notre article : Histoire du "Palais Anatole France"

 

porte-7-rue-de-la-richelandiere-.JPG porte 10 place Dorian

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques autres immeubles remarquables construits dans les années 30 par Henri Gouyon :

La "villa Hatier"  7 rue de la Richelandière en 1930 (qui abrita le restaurant Gagnaire)

Les immeubles de la rue de la Marne en 1932 (entre rue du 11 novembre et rue Désiré Claude)

L’immeuble 10 place Dorian en 1933

La villa 4 rue Marcel Sembat en 1936 (aujourd’hui Eglise réformée)

 

porte-16-rue-du-General-Leclerc.JPG                            porte-rue-de-la-marne-.JPG

 

Gouyon et Subit se méfiaient des audaces de Le Corbusier et professaient  un « modernisme mesuré ». Ils étaient partisans de la copropriété et cherchaient à offrir des immeubles de qualité à leurs clients, avec un certain confort (garages, ascenseurs, vide-ordures, balcons, halls d’accueil, grandes baies vitrées, chauffage central, eau chaude, salle de bain, loge pour le concierge, grands dégagements et belles pièces). Les bâtiments de cette période comportent souvent des bow-windows  généralement reliés par les balcons qui ont souvent des angles arrondis et des garde-corps en ferronnerie. Un soin particulier a été accordé au soubassement (souvent en marbre) et aux portes d’entrée.

 

Voir sur ce blog l’album photos de quelques immeubles :

  Immeubles-H-Gouyon Immeubles-H-Gouyon

 

Pour en savoir plus, consulter l’ouvrage de Mario Bonilla et Daniel Vallat "Les immeubles d’appartements modernes - St-Etienne 1923-1939", disponible aux archives municipales et aux archives départementales.

 

Voir aussi ce site :  link

 

architecture bandeau

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents